El Nino inquiète les producteurs de soja brésiliens alors que les semis progressent, selon le lobby céréalier

SAO PAULO, 19 octobre () – Les producteurs de soja de l’État du Mato Grosso, le plus productif, craignent que les rares pluies et les températures élevées conduisent à la replantation de certaines zones et à une baisse des rendements dans d’autres, a déclaré jeudi le lobby local des producteurs de céréales Aprosoja-MT.

La chaleur et la sécheresse inhabituelles ont été liées au phénomène climatique El Nino, qui provoque également une grave sécheresse qui draine les rivières amazoniennes et perturbe les expéditions de céréales dans le nord du Brésil.

Dans le sud du pays, El Nino a ralenti les semis de soja, les pluies excessives faisant craindre aux agriculteurs du troisième producteur mondial, le Rio Grande do Sul, de commencer à semer, a déclaré l’agence agricole Emater-RS.

Aprosoja-MT a déclaré que des conditions météorologiques extrêmes pourraient augmenter les coûts pour les agriculteurs qui doivent replanter leur soja et pourraient faire en sorte que les semis du deuxième maïs et du coton du Brésil manquent la fenêtre climatique idéale dans le Centre-Ouest.

Cependant, jusqu’à présent, le gouvernement et les analystes continuent de croire que le Brésil récoltera une récolte record de soja comprise entre 162 et 164 millions de tonnes en 2023/24.

Selon Aproclima, le projet de surveillance du climat d’Aprosoja-MT, certaines régions du sud du Mato Grosso ont enregistré des températures supérieures à 44 degrés Celsius (111,2 degrés Fahrenheit). Les précipitations accumulées au cours des sept derniers jours ont été inférieures à la moyenne dans le Mato Grosso, totalisant moins de 20 millimètres de pluie dans les zones où il a plu le plus, selon les données du LSEG.

Le Mato Grosso représente près de 30 % de la production de soja au Brésil, le plus grand producteur et exportateur mondial de cette denrée.

Ces derniers jours, le temps sec a retardé les plantations de soja. De nouveaux retards sont probables car les perspectives de pluie la semaine prochaine ne sont pas idéales.

« Nous avons de nombreux endroits qui ont besoin d’être replantés, mais l’évaluation sera faite après et quand il pleuvra », a déclaré Fernando Cadore, président d’Aprosoja-MT, dans un communiqué envoyé à . « Avec des températures élevées… la situation est très préoccupante, extrêmement défavorable », a-t-il ajouté.

Reportage de Roberto Samora; Écrit par Ana Mano; Montage par Jonathan Oatis

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson .