Un navire antarctique russe accoste en Afrique du Sud alors que des groupes verts protestent

JOHANNESBURG, 28 janvier (Reuters) – Un navire de recherche russe qui prospectait du pétrole et du gaz naturel dans l’Antarctique a accosté samedi en Afrique du Sud à la suite des protestations de militants écologistes qui affirment que ses opérations dans la région violent un traité interdisant l’exploration minière.

Plusieurs membres du groupe environnemental Extinction Rebellion ont tenu des banderoles indiquant « Hands off Antarctica » alors que le navire d’exploration polaire Akademik Alexander Karpinsky arrivait comme prévu dans le port du Cap dans la matinée.

Plus tôt cette semaine, plusieurs dizaines de manifestants de Greenpeace et d’Extinction Rebellion ont manifesté au port, affirmant que les relevés sismiques du navire dans l’Antarctique constituaient une menace pour la vie marine dans la région et violaient un accord international de 1958.

Un amendement de 1998 au Traité sur l’Antarctique de 55 nations, dont la Russie et l’Afrique du Sud sont signataires, interdit toutes les explorations et extractions minérales dans la région.

RosGeo, la société d’exploration publique russe qui exploite l’Akademik Alexander Karpinsky, affirme qu’elle mène des recherches dans la partie désignée de l’Antarctique par la Russie depuis 1970 pour explorer les hydrocarbures.

Selon le site Internet de RosGeo, le potentiel en hydrocarbures de la zone désignée est estimé à environ 70 milliards de tonnes.

RosGeo n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

La représentante d’Extinction Rebellion, Cassie Goodman, a déclaré à Reuters que le gouvernement sud-africain était complice de dommages environnementaux en permettant au navire russe d’accoster.

Le ministère sud-africain des Affaires étrangères n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le gouvernement du président Cyril Ramaphosa entretient des relations amicales avec la Russie. L’Afrique du Sud se dit impartiale sur le conflit ukrainien et s’est abstenue de voter sur les résolutions de l’ONU sur la guerre.

Plus tôt cette semaine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est rendu en Afrique du Sud et les deux pays ainsi que la Chine devraient mener un exercice militaire conjoint sur la côte est de la nation africaine entre le 17 et le 27 février.